Sulpice Debauve DSC_7358

Publié le 03-08-2013 | par Sulpice Debauve

0

Comment déguster un chocolat à croquer ?

Aujourd’hui seuls quelques irréductibles dégustent encore le Chocolat en boisson. Mais l’essentiel, la grande préoccupation depuis le début du XIXème siècle c’est la dégustation du Chocolat à croquer, qu’il s’agisse de tablettes ou de bonbons .Très vite des règles ont été demandées aux Pères Fondateurs et même s’il y a toujours plusieurs chapelles  car le Chocolat est comme la France Terre de liberté, nous affectionnons celles définies par Sulpice Debauve. Quoique enracinées dans le passé, elles sont cohérentes avec les temps nouveaux.

Sulpice Debauve

Il s’agit de quelques lignes d’un courrier à un amateur,  précieux témoignage  des pensées de l’époque. D’entrée de jeu Sulpice Debauve rappelle que la dégustation doit être un moment de recueillement partagé ( « Il convient  avant tout de prendre son temps et de faire de chaque instant de la dégustation un moment d’éternité. Au calme, entouré de vos proches, l’esprit apaisé, absorbez-vous dans la dégustation d’un chocolat » ).

 

Il précise que  le meilleur moment pour déguster un bonbon de chocolat noir, c’est entre deux repas , c’est à dire à un moment suffisamment éloigné à la fois d’un repas à venir et d’un repas consommé. En effet, la faim aiguise la perception des arômes froids alors que le début de la digestion avive celle des arômes chauds. Aussi conviendrait-il avant de se restaurer de ne goûter que des arômes chauds, c’est-à-dire des ganaches, et après que des arômes froids, c’est-à-dire des pralinés (« le palais apprécie également tous les arômes dès lors que la sensation de la faim n’est pas pressante ou que la saturation des papilles gustatives, consécutive à un copieux repas, s’estompe »).

 

Quant à la technique, laissons lui la parole  « placé  au milieu de la langue, délicatement brisé avec les dents après quelques secondes d’attente maîtrisée au cours desquelles le Chocolat se réchauffe, le bonbon, conservé en bouche jusqu’au mélange intime des arômes subtils qu’il renferme, subjugue le palais de toutes la richesse de ses saveurs . Il faut laisser ce suc divin couler lentement en arrière de la bouche avant de l’avaler par petites gorgées . Pendant encore de longs instants, le palais gardera le souvenir des sensations éprouvées ».

Et vous ? Comment dégustez vous un Chocolat à croquer ?

 


Partagez sur les réseaux sociaux :

TwitterFacebookGoogle PlusLinkedinPinterestemail


Auteur:

(1757-1836), ancien pharmacien du roi Louis XVI, il mit au point une nouvelle combinaison de cacao, de sucre de canne et de médicaments pour créer le premier Chocolat à croquer. Il facilita ainsi la reine Marie-Antoinette à prendre ses médicaments. La reine était si heureuse qu'elle appela ces chocolats en forme de pièces de monnaie des « Pistoles ». Debauve continua à créer une variété Pistoles de différentes saveurs pour la reine. En 1800, Debauve ouvre sa première chocolaterie sur la rive gauche de Paris et depuis nous perpétuons sa tradition: "Des chocolats délicieux mais avant tout bons pour la santé". Profil : Google +



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑