Sulpice Debauve écusson debauve et gallais

Publié le 15-06-2011 | par Sulpice Debauve

0

Histoire 2: La création des pistoles aux chocolats de Marie Antoinette, l’histoire d’une rencontre avec la Reine

L’origine de la création des chocolats Debauve et Gallais? une rencontre entre le pharmacien de la cour, Sulpice Debauve et la Reine Marie-Antoinette.

L’officine de Sulpice était à moins d’une heure du Palais de Saint-Cloud, la résidence favorite de la jeune Reine Marie-Antoinette. Un jour de Juin 1779  alors qu’il rendait visite à la Reine avec une nouvelle préparation, elle se plaignit comme une enfant du mauvais goût de la plupart des préparations qu’elle devait prendre. Elle se remémorait le goût du chocolat chaud à la Viennoise dont elle faisait ses régales d’adolescente ! Mais mélanger des préparations médicales avec du chocolat chaud n’était sûrement pas une bonne idée, le résultat aurait été déplorable, exhaussant le goût des substances pharmaceutiques au lieu de les atténuer .

D’où l’idée qu’il eût de mélanger les substances médicamenteuses préalablement réduites en poudre dans du chocolat liquide ( sans eau ou lait à la différence du chocolat à boire ) puis de le laisser durcir dans une forme. Démoulé ce chocolat solide devait être croquer par le patient. Ce qui nous semble évident aujourd’hui dû lui demander de longues recherches, de patientes expériences et de la chance !

Quelques jours après cette entrevue, tôt un matin, Sulpice quitta  son officine de Saint-Germain avec ses préparations – du lait d’amandes douces préparé la veille avec ses assistants -, un jeu de rouleaux à disques  et des emporte-pièces en cuivre pour se précipiter dans le Pavillon de Valois, le bâtiment du château de Saint – Cloud  réservé au “Service de Bouche du Roi” afin de réaliser, pour la première fois, ce que furent les Pistoles de la Reine. Il se rendit  dans la pièce du café (  dans laquelle le café était préparé ) et travailla sur la table de marbre griotte à incorporer la lait d’amandes dans du chocolat maintenu à température dans un bain – Marie posé sur un réchaud à braises.

Les  Pistoles Debauve et Gallais étaient nées, une date décisive dans l’histoire du chocolat, l’apparition du chocolat solide à croquer ( ou à laisser fondre dans la bouche ainsi qu’il le conseillait ), étape indispensable avant l’invention du bonbon. De tradition familiale il est dit que le nom fut trouvé par la Reine elle même quand elle vit les premières rondelles ( nous ne saurons jamais pourquoi Sulpice choisit cette forme plutôt qu’une autre ! ) en formes de pièces  parce qu’elle se livrait aux plaisirs du papotage avec des visiteurs espagnols !

Que de fois Sulpice ne se rendit-il pas à Saint-Cloud  pour préparer ces chocolats pour la Cour !Les premières heures de la Révolution furent sombres et Sulpice se fit discret. Ses parents le rejoinrent à Saint Germain en Laye, abandonnant leurs domaines en Normandie aux acquéreurs de biens nationaux.

N’hésitez pas à nous laisser votre avis en bas de cet article !

Visitez notre site internet pour en apprendre plus sur les chocolats Debauve et Gallais en cliquant ici.

[AWD_comments]


Partagez sur les réseaux sociaux :

TwitterFacebookGoogle PlusLinkedinPinterestemail


Auteur:

(1757-1836), ancien pharmacien du roi Louis XVI, il mit au point une nouvelle combinaison de cacao, de sucre de canne et de médicaments pour créer le premier Chocolat à croquer. Il facilita ainsi la reine Marie-Antoinette à prendre ses médicaments. La reine était si heureuse qu'elle appela ces chocolats en forme de pièces de monnaie des « Pistoles ». Debauve continua à créer une variété Pistoles de différentes saveurs pour la reine. En 1800, Debauve ouvre sa première chocolaterie sur la rive gauche de Paris et depuis nous perpétuons sa tradition: "Des chocolats délicieux mais avant tout bons pour la santé". Profil : Google +



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑