Sulpice Debauve DebauveGallais

Publié le 09-06-2011 | par Sulpice Debauve

0

Histoire 1: Sulpice Debauve

Savez-vous qu’un pharmacien est à l’origine des chocolats Debauve et Gallais?

Savez-vous que cet homme a été nommé chocolatier du roi grâce à ses recherches scientifiques sur le cacao? Savez-vous que la Reine Marie-Antoinette était folle de ses pistoles au chocolat?

Cet article relate les débuts de Sulpice Debauve en tant que scientifique. De la science au chocolat, il n’y a qu’un pas…

Sulpice Debauve ( 1757 – 1836 ) est un homme du Siècle des Lumières. Sulpice est issu d’une famille de petite aristocratie de robe, aisée mais non fortunée, d’un père médecin, Louis Bienvenue, dont la principale fierté était d’être un des souscripteurs de l’Encyclopédie de Diderot et Montalembert. Né en 1729 et mort en pleine terreur révolutionnaire, ce dernier eu cinq enfants dont, comme il était courant à cette époque seuls deux parvinrent à l’âge adulte, Sulpice l’aîné et son jeune frère, Louis.

Sulpice fut destiné à la médecine, son père étant le médecin particulier de nombreux aristocrates rouennais, Louis au Grand Séminaire en dépit de l’Encyclopédie mais pour plaire à sa sœur, Marie Adélaïde Thaïs De Bauve, bigote entre les bigotes !

Cependant, élevé dans la philosophie des Lumières, Louis n’avait décidemment pas la vocation religieuse et obtint de son père l’autorisation de faire aussi sa médecine mais, d’un tempérament passionné, il se maria jeune à une aristocrate orpheline confiée à sa tante, la terrible Marie Adélaïde  et, juste marié, il parti avec sa jeune épouse en Amérique comme volontaire pour servir sous les ordre du Marquis de Lafayette comme médecin militaire. Il  resta après la Déclaration d’Indépendance mais sa trace se perdit quand il quitta Philadelphie ,au moment où le Révolution éclate à Paris, pur s’établir à la Nouvelle Orléans. Peut-être Louis Amstrong avait-il un peu de son sang dans les veines ?

Cependant, contrairement à son cadet, Sulpice était d’une nature trop délicate pour devenir médecin et il s’orienta finalement vers une matière plus scientifique, la pharmacie. Il étudia à Paris et son père l’établit en 1779 à Saint-Germain en Laye succédant au Pharmacien ordinaire du Roi à Versailles, lointain parent sans héritier, juste décédé, grâce aux appuis qu’il avait à la Cour au travers de quelques nobles rouennais très en vue à la Cour. Or il s’avéra que Sulpice était un vrai professionnel, aussi compétent  que désireux d’élargir le champ de ses connaissances. Il fut derechef breveté Pharmacien du Roi dans les domaines de Versailles et Saint-Cloud .

Est-ce un lointain antécédent familial dont le souvenir avait dû être conservé dans la famille –  son trisaïeul n’était autre que David Chaillou, le premier ( et seul depuis cette date)  à avoir porté le titre de « Chocolatier du Roi » – ou un intérêt particulier pour le chocolat dont il était bien évidemment grand amateur qui incitèrent Sulpice Debauve à choisir le cacao comme champ de  ses recherches ? Ruse de l’Histoire, car le second «  Chocolatier du Roi » sera Sulpice Debauve plus d’un siècle après son trisaïeul! Toute sa vie durant, même si les affaires vont contre son gré retenir une part de plus en plus importante de son activité, Sulpice sera un chercheur passionné.

Son père lisait Voltaire et Rousseau et  Sulpice, baignant dans cette atmosphère des Lumières, croyait sincèrement que la Science pouvait  et devait soulager l’Humanité de ses maux ! Il faisait partie de cette première génération d’hommes qui, administrateurs de l’Empire Napoléonien comme Camille de Tournon, médecins comme Corvisart et tant d’autres avaient avidement parcouru les planches gravées et les articles de l’Encyclopédie et croyaient définitivement au Progrès . Qu’il devînt ce qu’il fut  ne doit rien au hasard, ce fut le fruit d’une époque et de la rencontre d’un chercheur acharné et d’une Reine heureuse de l’être!

la Reine Marie-Antoinette folle des pistoles

La Reine Marie-Antoinette

N’hésitez pas à nous laisser votre avis en bas de cet article !


Partagez sur les réseaux sociaux :

TwitterFacebookGoogle PlusLinkedinPinterestemail


Auteur:

(1757-1836), ancien pharmacien du roi Louis XVI, il mit au point une nouvelle combinaison de cacao, de sucre de canne et de médicaments pour créer le premier Chocolat à croquer. Il facilita ainsi la reine Marie-Antoinette à prendre ses médicaments. La reine était si heureuse qu'elle appela ces chocolats en forme de pièces de monnaie des « Pistoles ». Debauve continua à créer une variété Pistoles de différentes saveurs pour la reine. En 1800, Debauve ouvre sa première chocolaterie sur la rive gauche de Paris et depuis nous perpétuons sa tradition: "Des chocolats délicieux mais avant tout bons pour la santé". Profil : Google +



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑